Parcours de l'artiste


Après cinq années d'école d'Art Graphique (Beaux-Arts de Bordeaux), Marie-Claire Saint-Jevin rencontre   LA CERAMIQUE   en 1978 pour ne plus jamais la quitter.
De 1979 à 1981 , Marie-Claire apprend " le métier " auprès d'un artisan potier puis comme tourneur dans une fabrique. En 1981, elle franchit le pas et installe un atelier de poterie près de Bordeaux. Ses premières créations rencontrent aussitôt le succès lorsqu'elle expose à la Foire de Paris en 1982 et 1983. En 1983, tombée " amoureuse " de la Dordogne, elle décide de déplacer son atelier de poterie près de Bergerac. Toujours en Dordogne en 1988, elle crée son lieu, à Sainte-Colombe, qu'elle quittera pourtant en 2006 pour une autre aventure :

Celle de SAINT QUENTIN LA POTERIE dans le GARD, près d'Uzès et du Pont du Gard.

Dans cette nouvelle maison dont les caves ont conservé l’alandier d’un four de potiers du 19ème siècle « ce lieu avait un passé céramique, il a maintenant un avenir, c’est là que je construirai mon nouveau four ! »

TECHNIQUES :

LA TERRE

le façonnage :

Toutes les techniques traditionnelles de façonnage sont utilisées : la plaque, le modelage, le tournage. La question essentielle étant l'objet à réaliser, le sens à lui donner.
" Le choix de la technique doit donc accompagner et apporter force et cohérence à ma démarche ".


la cuisson du grès :

Après le façonnage et le séchage complet survient une première fournée qui concerne uniquement la cuisson de la terre. Il faudra près de 8 heures au four à gaz pour atteindre la température de cuisson
- 980°C - nécessaire au " dégourdi " ou au biscuit "
Le défournement est réalisé le lendemain.


L'EMAILLAGE

la couleur :

Pendant la cuisson de la terre, Marie-Claire prépare ses bains en pesant les matières premières entrant dans la composition des émaux. Il est important de songer à la couleur que prendront les biscuits dans 24 heures, la couleur originelle n'ayant que peu de rapport avec les résultats de la cuisson finale.


la cuisson de l'émail :


Cette deuxième cuisson a lieu après deux jours de séchage, et près de 10 heures sont cette fois-ci nécessaires pour atteindre les 1300°C requis

Il s'agit d'une cuisson oxydante ou réductrice selon l'humeur du temps et celle de mon four. Demain sera fête ou défaite, ce qui me tient en éveil ".

" Je suis l'impulsion,
le lanceur de cerceau,
le faiseur de ronds dans l'eau
et j'aime ça ! "

 


 
bio.gif